Quel roman cherches tu?

jeudi 15 janvier 2015

Le secret de Church Island de Lisa Jackson



Deux ans plus tôt, le petit Noah Garrisson a disparu. Et même si son corps n’a jamais été retrouvé, personne n’en doute : le petit garçon de deux ans est mort noyé dans l’océan Pacifique après être tombé d’un ponton. Personne, sauf sa mère, Ava, qui depuis cette nuit de cauchemar, a sombré dans une grave dépression.
Enfin de retour chez elle à Neptune’s Gate, le manoir de Church Island où elle vit avec son mari, Ava se met à avoir d’étranges et perturbantes visions : celles de Noah sur le ponton, dans la nurserie… Et si ces visions la font douter d’avoir encore toute sa raison, elles lui donnent aussi la force de continuer à croire que son fils est encore en vie. Cette intuition est si forte qu’elle s’en fait le serment : à présent qu’elle est revenue chez elle, elle va tout faire pour découvrir ce qui s’est réellement passé cette nuit-là, et pour percer les secrets que lui cache son entourage. Ce qu’elle ne sait pas encore, c’est à quel point est dangereuse, perturbante, la vérité qu’elle devine cachée derrière les brumes de Church Island, cette île coupée du monde…




Éditions Mosaic

Lisa Jackson
13 novembre 2014
Thriller

Mais ou Harlan Coben a t il été chercher son accroche?
507 pages


J'ai lu ce roman en lecture commune avec ma copinette Audrey et nous avons vraiment essayé de nous suivra, lisant une centaine de lignes par jour. Et notre constat a toujours été en harmonie : Un livre dont on se serait bien passé.

Je ne vais pas y aller de mains mortes : soit l'accroche d'Harlan Coben est fausse soit il était très motivé lorsqu'il a lu ce roman. De plus je m'attendais vraiment à un thriller halentant et j'ai été très déçue par ce qui a été proposé.
La quatrième de couverture et la couverture donnent vraiment envie de découvrir ce livre, on a l'impression qu'on va plonger dans quelque chose de très prenant, à la limite du psychologique et boum ce qui fut annoncé fut loin de la réalité.

On va certes entrer dans une histoire un peu sombre, glauque mais très vite le lecteur déchante. Les premières pages sont prenantes, on se met bien au chaud pour lire ce roman qui risque d'être glaçant mais très vite on va tourner autour du pot. On fait face à une maman qui a perdu son enfant il y a 2 ans suite à une disparition. On n'a jamais retrouvé le corps mais elle reste persuadée qu'il est toujours en vie. Passant pour folle auprès de sa famille et de son entourage. Je pense qu'on va passer à peu près 300 pages autour de ce schéma : Elle est folle, oui , peut être, tout le monde veut la faire passer pour une dingue mais en fait elle ne l'est pas et bon c'est beaucoup trop redondant pour être appréciable et j'ai l'impression qu'on a beaucoup trop brodé autour de cette histoire pour en rajouter des pages inutiles.

Je trouve cela dommage car l'histoire en elle même avait du potentiel. Les personnages étaient malgré tout très intriguant et on commençait à se poser des questions avec Audrey et se faire des "films"....

Bref je trouve cela dommage d'avoir mis autant de "mou" dans ce roman qui aurait pu faire 2x moins de pages mais être beaucoup plus intriguant et prenant.

3 commentaires:

  1. J'aime beaucoup la couverture et le résumé est alléchant =D

    RépondreSupprimer
  2. Malheureusement, ca illustre parfaitement ce principe des "accroches". Pour ma part, je m'en méfie énormément. Que ce soit pour un livre ou un film, j'ai horreur de voir en gros "Le nouveau machinchose" ou "Un thriller digne de bidule". Pour moi ca m'évoque surtout un bouquin (enfin un éditeur) qui sait qu'il ne le vendra pas s'il ne met pas de la grosse pub qui tache.

    Pour moi, un bon livre n'a pas à mettre en avant sur la moitié de sa couverture les paroles d'un autre. Je veux bien une ligne sous la 4ème de couverture, ou une ligne discrète en bas de la couverture. OK.

    Mais la sur cette couv, cet énorme pavé Jaune annonce la couleur. Après ce n'est que mon avis. Mais je pense que plus la réclame est grosse, plus il y a anguille sous roche.

    Quittons le monde du livre un instant, vers le cinéma par exemple. N'avez vous jamais été décus par un film qui vous vante en gros "Par le réalisateur de..." ou "Un chef d'oeuvre" signé le Magazine Machin?

    RépondreSupprimer
  3. Je trouve ça nul ce système, ça décrédibilise les auteurs qui se prêtent au jeu et qui ne sont pas sincères. J'avais été très déçue notamment suite à une reco' de Stephen King.

    RépondreSupprimer